Au travail, Mode de vie

Le numérique, une pollution invisible ?

L’usage du numérique fait partie intégrante de notre quotidien. Nous utilisons le numérique tout le temps sans vraiment nous questionner sur l’impact que cela peut avoir. Rien qu’en lisant mon blog, tu utilises des données Internet pour accéder aux informations que je te partage, en utilisant ton smartphone ou ton ordinateur. Je ne suis pas du tout une spécialiste du numérique et je ne veux surtout pas te culpabiliser. Je souhaite juste te faire partager mes connaissances sur l’impact environnemental. Le fait d’en parler autour de soi c’est déjà agir !

Mais alors pourquoi l’utilisation du numérique a un impact sur notre planète ?

Par leur utilisation

Définition de ce qu’est le numérique du Larousse :

1. dit de la représentation d’informations ou de grandeurs physiques au moyen de caractères, tels que des chiffres, ou au moyen de signaux à valeurs discrètes.
2. Se dit des systèmes, dispositifs ou procédés employant ce mode de représentation discrète, par opposition à analogique.

Alors quand on prend la définition du Larousse ça reste très abstrait. En fait, lorsque nous parlons du numérique, il s’agit du matériel (ordinateur, téléphone, appareil photo…) mais également des données que nous utilisons pour pouvoir utiliser le matériel (Internet, échanges d’informations…)

Une donnée est une unité qui nous permet de recevoir une information. Une donnée c’est comme un litre de carburant. En fonction du type de donnée, nous avons besoin de plus ou moins de carburant. C’est comme en fonction du moyen de transport que l’on utilise, on aura besoin de plus ou moins de carburant. Si on prend l’avion par exemple, il faut plus de carburant que si on prend la voiture car les moteurs sont beaucoup plus gros. Si nous décidons de regarder une vidéo en haute qualité, nous consommerons plus de données.

Plus nous avons besoin de données plus il faut les stocker. La grande majorité de ces données sont stockées dans des datas centers. Si nous reprenons l’exemple de la consommation de carburant, plus on utilise un véhicule gourmand en carburant ou plus on utilise des avions qui ont plus de besoin, plus il faut des centrales pour stocker ce carburant.

Comme dans tous les domaines dans la vie les excès ne sont jamais bon.

Par la fabrication des outils numériques

La production des outils numériques nécessite beaucoup de matériaux différents. Il en faut jusqu’à 70 matériaux rien que pour fabriquer un smartphone. Ces matériaux sont très souvent difficiles à produire et à trouver. L’Ademe estime que la production des smartphones est plus énergivore que l’ensemble de son utilisation.

Plus les appareils numériques sont modernes et puissants, plus ils ont besoin de matériaux différents pour être fabriqués.

Internet n’est pas immatériel, pour fonctionner il faut des câbles, des ordinateurs, des antennes qui nécessitent des matériaux pour être fabriqués

Tous ces appareils ont besoin d’énergie pour fonctionner notamment l’électricité.

Selon, l’Ademe, le numérique représente quand même 4% des émissions mondiales des gaz à effet de serre.

Quelques trucs pour limiter notre impact

  • Prendre soin de nos appareils permet de les renouveler moins souvent. A noter, que la production est bien plus néfaste pour l’environnement que leur utilisation.
  • Limiter le temps passé devant les vidéos et préférer les regarder de moins bonne qualité. Le streaming consomme 60% des données utilisées.
  • Limiter la multiplication des appareils connectés chez soi. A-t-on vraiment besoin d’avoir un frigo connecté ? A-t-on vraiment besoin d’une appli pour gérer les lumières ?
  • Améliorer sa gestion des mails : j’aborderais ce point plus en détail dans un prochain article qui promet d’être plutôt intéressant !

Pour aller plus loin, voici quelques sources à aller lire

  • Un podcast : la terre au carré du 9/03/2020 : numérique : l’explosion de la consommation ici
  • Le site de l’ADEME : la face cachée du numérique ici
  • Le site de green peace qui a rédigé « la pollution du numérique : qu’est-ce que c’est ? » ici

En conclusion, le numérique est maintenant tellement ancré dans notre quotidien, que ce soit à la maison ou au travail, qu’il est très difficile de pouvoir agir de manière efficace dans notre quotidien. Mais il est important de savoir que cette utilisation a des impacts sur notre environnement.

4 réflexions au sujet de “Le numérique, une pollution invisible ?”

  1. Intéressant. Les datas centers posent aussi le problème de la consommation d’eau car il faut en permanence les refroidir.
    Au sujet des mails, penses-tu parler d’ecomail dans ton article ? J’utilise cette boite mail écologique depuis plus d’un an et j’en suis très satisfaite. C’est un beau projet, qu’il faut faire connaître.

    J'aime

    1. C’est vrai que je n’ai pas abordé l’aspect consommation d’eau qui est également augmente le facture environnementale.
      Dans mon article sur les mail, oui je comptais parler des boîtes mail alternatives. J’ai un compte chez mailo. Mais si ça te dit, n’hésite à m’en dire un peu plus sur le fonctionnement et je pourrais citer ton expérience à cette occasion, afin de montrer les différentes alternatives existantes.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s